L'origine des courants marins

Topographie dynamique de l'océan

Définition:                                                                                                                      Un courant marin est un déplacement d'eau de mer caractérisé par sa direction, sa vitesse et son débit. On distingue deux types de courants: courant de surface et de profondeur. La Terre reçoit de façon inégale l'énergie solaire : elle n'est pas la même selon que l'on se trouve au pôle (car les rayons arrivent de manière très inclinée) ou à l'équateur. La zone intertropicale reçoit ainsi autant d'énergie que le reste de la planète. Ce déséquilibre met en mouvement l'atmosphère et les océans qui vont rééquilibrer thermiquement l'ensemble. Il génère aussi des vents qui sont les facteurs principaux des courants de surface. Ces mouvements sont influencés par une force due à la rotation de la Terre, appelée force de Coriolis. Ce déséquilibre entraîne également des différences de température suivant la latitude. Cette différence de température entraîne une différence de salinité de l'eau et donc de densité, créant ainsi les courants de profondeur.

Formation des courants marins:                                                                             Comme l’air de l’atmosphère, l’eau de l’océan est un fluide en mouvement constant organisé en courants (horizontaux ou verticaux). Les courants marins sont plus réguliers et plus lents que les courants reçoivent plus d’énergie que les régions polaires, ce qui tend à créer des déséquilibres thermiques dans l’atmosphère, mais aussi dans les mers et océans.

De manière générale, la formation et le parcours des courants marins est donc liée à un facteur thermique, auquel il convient d’ajouter l’action des vents et la salinité des masses d’eau. On distingue ainsi deux types de courants marins : les courants de surface formés par l’action des vents, et les courants de profondeur provoqués par des différences de densité de l’eau (celle-ci étant fonction de la température et de la salinité de l’eau).

Ces deux types de courants sont toutefois provoqués par le même phénomène naturel : les variations de la quantité d’énergie solaire reçue à la surface terrestre. En effet, la Terre reçoit en permanence de l’énergie en provenance du Soleil ; le flux de rayonnement solaire reçu est inégalement réparti à la surface terrestre suivant les latitudes : les régions tropicales.

 

Courants de surface:                                                                                                    Les vents qui soufflent à la surface des mers et des océans entraînent les eaux de surface dans leur direction. L’effet direct du vent se fait ressentir jusqu’à une profondeur d’une centaine de mètres. Les vents à l’origine des courants de surface sont principalement les vents dominants : les vents d’est subtropicaux (les alizés), les vents d’ouest aux moyennes latitudes, ou les vents d’est polaires. Le courant du Gulf Stream et celui du Labrador sont des exemples de courants de surface. Les courants marins, toujours très locaux, peuvent être extrêmement rapides (jusqu’à environ 3 mètres par seconde pour le Gulf Stream). L’ensemble des courants marins de surface constitue à l’échelle du globe la circulation océanique de surface. La carte de ces courants marins de surface est d’ailleurs connue depuis plusieurs siècles par les navigateurs marins.

Courants de profondeur:                                                                                               Les vents n’ont plus aucune influence sur les mers et les océans en dessous d’environ 800 mètres de profondeur. Au-delà de cette profondeur, les mouvements d’eau se créent en raison de la différence de densité entre les diverses couches de l’océan. Cette différence de densité est fonction de la température (l’eau plus froide est plus dense, et donc descend plus en profondeur) et de la salinité (l’eau plus salée est plus dense que l’eau douce) des masses d’eau. À l’échelle du globe, les courants marins de profondeur constituent la circulation océanique profonde (ou circulation thermohaline). Ces courants profonds, appelés courants thermohalins, se déplacent lentement, de seulement quelques mètres par jour.

L’atlantique Nord:                                                                                                          Le courant équatorial nord se prolonge par le courant des Antilles qui converge avec le courant de Floride sortant du golfe du Mexique pour donner le Gulf Stream, puissant courant dont le flux peut atteindre 90.106 m3/s.
Le Gulf Stream tourne autour de l'empilement situé au centre de l'Atlantique nord (gyre anticyclonique subtropical). Une partie de ce courant s'infléchit vers le sud en formant de nombreux tourbillons, une autre partie continue vers l'est : c'est la dérive nord atlantique.
Plus au nord, on rencontre un circuit océanique cyclonique (Basse pression d'Islande) déformé par la présence du Groenland. La dérive Nord atlantique se prolonge par le courant de Norvège relativement chaud et salé. Au contraire, le long des côtes du Groenland, le courant froid de décharge de l'Arctique transporte icebergs et banquise vers le sud. Enfin, le courant du Labrador transporte vers le sud, le long des côtes canadiennes et américaines des eaux froides et vient converger avec les eaux du Gulf Stream.

Image du Gulf Stream

COUTEL Enora et PRENTICE Amourie 2nd7

Sources: encarta, techno-science.net, educnet.fr, energie.marine, meteo-education et wikipedia.org.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site